Tout savoir sur les régimes miracles

Un raccourci vers l’obésité?

Par Eva Chanda

En 400 av. J.-C., lorsqu’un ancien Grec s’est posé la question : « Est-ce que mon derrière paraît gros avec cette toge? », le fameux médecin Hippocrate a répondu en conseillant de manger avec modération, en utilisant des aliments huileux en guise de laxatifs, en administrant des lavements à l’eau de mer, en vomissant après le déjeuner et en s’entraînant tout nu. Est-ce que les régimes alimentaires d’aujourd’hui qui font fureur sont meilleurs?

Comment reconnaître un régime miracle? C’est un régime qui vous promet généralement une perte de poids spectaculaire dans un court laps de temps (plus d’un kilo par semaine) en interdisant un ou plusieurs genres d’aliments, tout en critiquant les autres régimes, pour exagérer leurs avantages potentiels. Beaucoup de ces régimes exigent que vous achetiez des aliments de régime coûteux, des suppléments alimentaires ou que vous vous abonniez et certains régimes sont carrément des fraudes : près de 55 pour cent des publicités de perte de poids contiennent au moins une fausse déclaration.

Lisa Rutledge, une diététicienne associée au programme d’amélioration de la santé de l’Université McGill, résume les régimes miracles par ceci : « En suivant des régimes farfelus, en vous affamant ou en subissant l’effet yo-yo (perte et gain de poids cycliques), il est probable que vous allez, à long terme, prendre du poids, car limiter l’apport de calories va ralentir votre métabolisme. C’est pire que de souffrir d’embonpoint. »

Régime pauvre en glucides : le Dr Robert Atkins est crédité, ou blâmé, d’être à l’origine de l’engouement à ce régime dans les années 1990, mais la version originale a été en fait publiée en 1825 par l’influent gourmet français Jean Brillat-Savarin. Le régime est présenté sous de nombreuses formes, mais le plan de base se résume à ceci : « les glucides sont mauvais, la viande est bonne ». Coupez les glucides, tels que les céréales, les pommes de terre, les légumes féculents et les fruits à environ 20 pour cent de votre apport calorique total, mais mangez plus de viandes et de gras. Mais cela entraîne des inconvénients tels que la constipation causée par un manque de fibres (ce sont des glucides) et les déficiences nutritionnelles. Une réduction drastique des glucides peut déclencher la cétose due à la combustion des graisses par le corps, une bonne chose à première vue, mais qui présente des effets secondaires tels que nausée, mal de tête, fatigue mentale et mauvaise haleine.

Les vers solitaires : cet engouement a fait son apparition au début du 20e siècle. Les victimes avalaient des kystes de ténia de bœuf et perdaient du poids pendant que ces créatures grandissaient sans cesse en absorbant les aliments dans leurs intestins. C’est une situation où tout le monde est gagnant tant que cela ne vous dérange pas de trimballer avec vous un parasite de trois mètres de long et de courir le risque de diarrhée, de vomissements et de douleurs abdominales. Sans parler que le vers solitaire peut s’échapper et se retrouver dans votre cerveau et provoquer des maux de tête, des problèmes oculaires, la méningite, l’épilepsie et la démence. Il est aujourd’hui illégal d’importer ou de commercialiser les vers solitaires, mais l’engouement pour ces créatures recommence à se manifester à Hong Kong et au Mexique.

Le pamplemousse : un éternel favori, ce régime miracle remonte aux années 1930 et repose sur la théorie que le pamplemousse contient une enzyme qui brûle la graisse (ce n’est pas le cas). Il s’agit de consommer un peu de légumes, un peu de protéines et un pamplemousse à chaque repas pendant trois semaines. En consommant seulement 800 calories par jour, avec pamplemousse ou sans pamplemousse, les personnes qui suivent un régime perdent certainement du poids, mais elles le regagnent généralement assez vite.

Régime de la bière : surtout pour les gars, il existe un régime centré sur la bière. Aucune explication nécessaire, ce n'est que de la bière. Un blogueur a récemment relaté son « jeûne » de 46 jours pour le carême : il a bu quatre ou cinq bières Doppelbock par jour, contenant chacune 288 calories, et a perdu 25 livres, mais puisque la bière ne contient aucune protéine, il a aussi développé des symptômes de lésions rénales parce que le corps digérait ses propres muscles. Adieu les beaux abdos découpés!

 

L’ABC de l’IMC
Quand donc avoir « quelques livres de trop » devient-il en un problème médical? L’indice de masse corporelle (IMC) sert à évaluer les adultes selon le rapport entre leur taille et leur poids déterminé par les graphiques statistiques d’IMC ou établi à l’aide de calculatrices d’IMC en ligne. L’IMC est calculé différemment chez les jeunes âgés de deux à vingt ans. L’IMC de chaque enfant est comparé sur un graphique contenant l’IMC d’un grand nombre d’enfants du même sexe et du même âge et divisé en catégories selon que l’enfant souffre d’insuffisance pondérale, qu’il ait un poids santé, qu’il accuse de l’embonpoint ou qu’il soit obèse.

L’IMC jauge les risques de maladies liées à un pourcentage de graisse plus élevé, telles que les maladies cardiaques, les diabètes de type 2, les calculs biliaires, les problèmes respiratoires et certains cancers. Mais cette méthode n’est pas infaillible. Étant donné que les muscles pèsent plus que la graisse, l’IMC peut surestimer la graisse corporelle chez les gens musclés et la sous-estimer chez les personnes âgées et les personnes qui ont perdu de la masse musculaire. La diététicienne Lisa Rutledge ajoute : « Le poids n’est pas le seul facteur déterminant de la santé. L’usage du tabac, les mauvaises habitudes alimentaires et plus particulièrement l’oisiveté peuvent avoir un impact important sur la santé. Être grand n’est pas un arrêt de mort. Améliorer ses habitudes alimentaires et faire plus d’exercice physique est mieux que de se soumettre à un régime draconien. »

La mesure du tour de taille semble être un meilleur moyen de jauger les risques élevés de diabète, de maladies cardiaques, d’accident vasculaire cérébral et d’hypertension artérielle que l’IMC. Transporter plus de graisse autour de votre taille, comme en forme de pomme, vous expose à un risque plus élevé que si vous étiez plus en forme de poire, avec un excès de graisse sur les hanches et sur les cuisses. Pour la plupart des gens, un tour de taille mesurant 102 cm (40 po) ou plus pour les hommes et 88 cm (35 po) ou plus pour les femmes est considéré comme un facteur de risque plus élevé.

Été 2013, Vol 5 N°3

Dernière édition

Aînés à l’honneur

Hiver 2017
Vol 9 N°1

Cliquez ici pour voir le magazine complet avec JOOMAG

publicités

health Ads