Redéfinir la famille

Le billet de la rédactrice associée

Par Sabrina Jonas

En tant que Montréalais, nous savons que faire le deuil de l’été en grognant durant sept mois ne le ramènera pas. Quelle insulte, je sais! Nous nous sommes plutôt habitués au spectacle hivernal de la mort : les arbres meurent, les voitures sont enfouies et les fleurs cessent d’éclore. Tandis que ce décès botanique est naturel pour nous, voire mondain, la mort nous déconcerte lorsqu’elle affecte un être cher.

Le deuil peut avoir des conséquences psychologiques, sociales et physiques méconnues de ceux qui ne l’ont jamais vécu. Mais nous allons tous le vivre. Alors, pourquoi ne jamais en parler? Tabou culturel.

Nous craignons le deuil, alors nous l’ignorons, ce qui isole ceux qui le vivent. Mais il est temps de reconnaître le bien qu’il peut faire.

Le conseiller en matière de deuil, Joe Primo, expliquait lors d’une conférence TEDx : « La mort fait imploser la vie, mais le deuil peut la recoller. »

Il est utile. Il aide à garder un lien avec l’être disparu. Le deuil vous démontre à quel point vous pouvez aimer de façon généreuse et intense. C’est une émancipation émotionnelle pour ressentir profondément, au-delà du simple apprentissage à gérer une perte.

Une sage journaliste, force de la nature avec un grand bagage de connaissances, m’a déjà dit : « Une page blanche est à la fois une bénédiction et une malédiction. Mais écrivez, et les mots vont s’organiser. »

La mort soudaine de cette matriarche montréalaise a donné un nouveau souffle à ses mots. Le deuil est une arme à double tranchant. Mais faites sortir les mots, les émotions et les larmes; ne les réprimez pas, ainsi les pièces brisées vont se reconstruire avec le temps.

Alors que je suis ici aujourd’hui, aux prises avec ma propre immortalité, je suis frappée par la réalité de tous ces clichés. Il faut vivre la vie au maximum; elle ne durera pas éternellement.

Mais vivre en santé est aussi psychologique que physique. Prenez du temps; priorisez vos besoins, pensez souvent et tendrement à ceux que vous aimez et que vous avez perdus. Après tout, la vie est limitée, mais l’amour ne meurt jamais.

Optez pour un long parcours enSanté, et profitez du voyage.

 

Hiver 2020, Vol 12 N°1

Dernière édition

Aînés à l’honneur

Hiver 2020
Vol 12 N°1

Cliquez ici pour voir le magazine complet avec Issuu

Sabrina Jonas Le billet de la rédactrice associée

Sabrina Jonas

Sabrina Jonas' signature

publicités

Évasion Hivernale: Planifications de Voyage