publicité

Pour transpirer, on transpire!

Rien de mieux qu’un camp d’entraînement intensif pour relever de nouveaux défis, personnels et sportifs

Par Jason Santerre

Après avoir passé deux ans à courir en hiver et faire du vélo en été, j’ai senti qu’il fallait introduire des changements dans ma routine et ajouter une nouvelle dimension à mon entraînement. Une amie m’a recommandé le camp d’entraînement intensif. « Tu verras si tu es en bonne forme physique et tu pourras même monter la barre d’un cran, puisque tu y es », dit-elle.

Ma bouche a dit oui avant de réaliser les conséquences de ma décision. Après tout, lorsque je pense au camp d’entraînement, je pense à la douleur, je pense aux douzaines de films de guerre décrivant les camps d’entraînement dans lesquels les nouvelles recrues sont amenées au bord de l’épuisement : des milliers de tractions à la barre fixe, de tractions sur les bras, de redressements assis et des kilomètres de collines à monter en courant en portant un sac à dos de 40 kilos.

Puis j’ai rencontré Tina Kissavos et son partenaire, Bryan O’Connor, et aucun d’eux ne ressemble à un sergent- instructeur. Il y a trois ans, Tina et Bryan ont débuté avec sept clients s’échinant sur les pentes du parc du Mont-Royal. Aujourd’hui, Better Body Bootcamp (bootcampmontreal.com) possède six succursales aux quatre coins de Montréal, au centre-ville, NDG, Laval et Brossard.

J’ai surmonté ma peur, ravalé ma fierté, dépoussiéré le tapis d’exercice et participé au camp d’entraînement à NDG. Bien que j’aie pensé être dans une forme physique raisonnable, j’ai quand même éprouvé une certaine appréhension. Est-ce que je serai à la hauteur ou est-ce que j’abandonnerai après cinq minutes? « C’est la question qui m’est le plus souvent posée par les novices, dit Tina. J’explique aux débutants que l’objectif est simplement de s’améliorer. Si hier vous ne pouviez faire qu’une seule traction sur les bras et qu’aujourd’hui vous pouvez en faire deux, c’est déjà un progrès. »

J’ai survécu à ma première séance d’entraînement. C’était un entraînement difficile et intense, mais après avoir été poussé au bout de mes limites, je me suis senti très bien, en partie parce que j’avais survécu à l’épreuve et en partie parce que j’avais bien transpiré. Pourtant, après 45 minutes d’exercices, j’étais bien heureux d’en voir la fin. La deuxième séance était un peu plus facile et celle d’après, j’ai plafonné. Je ressentais encore des brûlures, mais pas de douleurs et les résultats ont commencé à se faire sentir en matière de force musculaire et de kilos perdus.

Parce que chaque séance est limitée à 45 minutes d’entraînement, le programme est conçu pour perdre les kilos de trop et tonifier les muscles le plus rapidement, mais le plus efficacement possible. Kim explique que le programme est centré sur les mouvements du corps qui mobilisent plus d’un muscle à la fois, brûlant ainsi plus de calories. « Des transitions rapides et le temps alloué pour chaque exercice permet à tous les participants de s’entraîner à leur propre rythme et de faire de leur mieux. »

Le but ultime d’un camp d’entraînement de six semaines est d’inspirer et de maintenir la motivation qui vous permettra de rester en bonne santé toute votre vie. Ce programme n’est pas une solution miracle et ne s’adresse pas aux gens mous, mais bien à ceux qui veulent devenir plus forts, plus en forme et débordants d’énergie.

Été 2013, Vol 5 N°3

Dernière édition

Santé des femmes

Printemps 2018
Vol 10 N°2

Cliquez ici pour voir le magazine complet avec JOOMAG

publicités

community Ads

community Ads

Fitness Ads