Les tampons et le syndrome du choc toxique

Quel est le lien ?

Par Sylvie Arvanitakis

Comme elle présentait les symptômes d’un rhume, tout ce que Lauren Wasser voulait faire le soir du 3 octobre 2012 était de s’effondrer dans son lit. Le jour suivant, les ambulanciers ont trouvé la jeune fille de 24 ans inconsciente dans sa salle de bain avec une fièvre de 41,7 °C. Elle avait subi un grave infarctus et ses organes commençaient à cesser de fonctionner. Des tests effectués sur le tampon qu’elle portait au moment de son arrivée à l’urgence ont révélé la présence du syndrome du choc toxique (SCT).

À la suite de la publication de l’histoire de Lauren par Vice Media l’été dernier — une histoire qui racontait également la perte de sa jambe gauche sous le genou et de ses orteils droits en raison de l’infection qui s’est transformée en gangrène —, des femmes à travers le monde évaluaient de nouveau les risques versus la commodité d’utiliser des tampons.

Le SCT est une maladie rare, mais ce qui est arrivé à Lauren nous rappelle de façon tragique pourquoi elle est si dangereuse : les symptômes initiaux sont faciles à ignorer et les conséquences peuvent s’aggraver rapidement si la maladie n’est pas traitée.

QU’EST-CE QUE LE SCT?
Le SCT est une maladie potentiellement mortelle causée par des toxines qui entrent dans le système sanguin après une infection bactérienne. La bactérie la plus souvent associée au SCT est le Staphylococcus aureus (S. aureus) et le Streptococcus pyogenes (cette forme est souvent appelée syndrome du choc toxique streptococcique). Le SCT relié aux tampons est causé par une souche de S. aureus qui produit la toxine TSST-1. Une fois dans le sang, elle peut mener le système immunitaire à fonctionner en accéléré, ce qui cause des dommages au lieu de guérir.

LES TAMPONS ET LE SCT
Les tampons proprement dits ne causent pas le SCT, mais ils peuvent réagir avec le S. aureus pour créer un environnement propice au développement de la bactérie. Le SCT et les tampons sont associés depuis le début des années 1980, lorsque la majorité des milliers de cas rapportés aux États-Unis à cette époque mettaient en cause des femmes utilisant des tampons très absorbants. Depuis, la fréquence des cas de SCT chez les utilisatrices de tampons a diminué considérablement, notamment grâce aux changements de matériaux de fabrication et à la sensibilisation du public.

QUI EST À RISQUE?
Pour développer le SCT, une femme doit déjà porter une souche toxinogène de S. aureus dans son vagin et ne pas avoir les anticorps pour combattre le TSST-1. Une étude effectuée sur des femmes nord-américaines parue en 2005 dans le Journal of Clinical Microbiology a révélé que seulement un pour cent des femmes portait la souche et que la majorité d’entre elles avait les anticorps pour combattre la toxine. Les femmes ayant déjà reçu un diagnostic de SCT courent un plus grand risque (jusqu’à 30 pour cent) de récidive.

RECONNAÎTRE LES SIGNES
Le SCT est traitable s’il est diagnostiqué tôt. Si vous, ou quelqu’un que vous connaissez, présentez les symptômes, assurez-vous de retirer le tampon (gardez-le pour les tests), puis rendez-vous à l’hôpital. Dites au personnel médical qu’un tampon était utilisé lorsque les symptômes sont apparus.

  • Une fièvre plus haute que 38,9 °C
  • Une baisse soudaine de pression sanguine, étourdissement, évanouissement
  • Désorientation
  • Vomissements, diarrhée
  • Douleurs musculaires
  • Rougeurs qui ressemblent à des coups de soleil

CONSEILS À SUIVRE

  • N’utilisez pas de tampons avant le début des menstruations
  • Lavez vos mains avant et après la manipulation d’un tampon
  • Utilisez le plus faible niveau d’absorption nécessaire
  • Changez votre tampon toutes les 4 à 8 heures
  • Alternez entre les tampons et les serviettes hygiéniques
  • Ne gardez pas un tampon toute la nuit
  • N’utilisez pas de tampons si vous avez reçu un diagnostic de SCT

 

Hiver 2016, Vol 8 N°1

Dernière édition

Héros du quotiden

Été 2020
Vol 12 N°3

Cliquez ici pour voir le magazine complet avec Issuu

Sabrina Jonas Le billet de la rédactrice associée

Sabrina Jonas

Sabrina Jonas' signature

publicités