La nourriture compose la famille

Les familles différentes brisent les tabous

Par David Szanto, Ph. D.

Le repas familial est une image qui a tendance à s'illuminer dans nos esprits. Une table remplie de plats, de parents et d'enfants qui discutent de leur journée, avec des bougies qui crépitent. Les films et les émissions de télé renforcent généralement ce portrait agréable. Pourtant, au même moment, les anthropologues culinaires et historiens culturels nous avisent que l'heure du souper est morte — ainsi que les liens sociaux — à cause de nos vies surprogrammées, des plats préparés et des appareils mobiles.

Peut-être qu'une série de changements plus subtils se déroule, tant dans notre compréhension en tant que famille, que dans notre compréhension de ce qu'implique manger ensemble. Tout comme la famille compose la nourriture, la nourriture compose la famille.

Plusieurs autres interprétations de la « famille » sont déjà familières. Des foyers constitués de nouveaux couples, des demi-frères, demi-soeurs et grands-parents. Des colocs dans la vingtaine qui se réunissent pour partager un espace et socialiser, ou des couples sans enfants qui gravitent autour d'adultes qui ne reproduisent pas. Ensemble, en cuisinant, en mangeant et en créant de nouvelles traditions, ces groupes domestiques redéfinissent la diversité de la famille.

Un exemple particulièrement inspirant est le programme de mentorat en arts « Nos corps, nos histoires », issu du Projet 10 de Montréal. Conçu et guidé par l'éducatrice et artiste interprète Kama La Mackerel, ce programme offre de la formation et du soutien à la production pour les jeunes QTBIPOC (personnes queer et trans autochtones, noires ou racisées). Des rencontres hebdomadaires permettent aux participants de créer leur propre travail artistique — poésie, chorégraphie, écriture ou expression orale — afin de le présenter lors d'un spectacle. Et chaque séance commence toujours par un repas.

« L'accent du programme est mis sur la transformation, et la nourriture est la façon idéale de commencer », explique La Mackerel. « Lorsqu'on mélange différents ingrédients, quelque chose de nouveau en ressort. La nourriture est transformée, tout comme les gens lorsqu'on se réunit. » La nourriture est également une façon d'encourager les participants, tant physiquement qu'émotionnellement.

Lorsque des personnes sont identifiées comme QTBIPOC, cela signifie généralement qu'elles ont subi un trauma. Elles sont peut-être déconnectées de leur terre natale, mais également de leur famille biologique et du contexte culturel dans lequel elles vivent. Comme le mentionne La Mackerel, « Les jeunes ont énormément de choses qui se passent dans leur vie. »

Un repas chaud une fois par semaine ne change pas tout, mais c'est une véritable façon de soutenir le processus de guérison qui définit le projet « Nos corps, nos histoires ». La nourriture et l'expression de soi deviennent des façons de se relever de la violence colonialiste et sexospécifique toujours présente qui caractérise plusieurs vies dans les communautés QTBIPOC. Avec le temps, les liens sociaux, l'émancipation et le bien-être personnel s'installent, et ces étapes sont importantes afin d'atteindre un sentiment d'identité fort et sain. De plus, ces étapes aident à guérir tant le futur que le passé, en interrompant les cycles systématiques de douleur.

À mesure que les gens migrent et que les sociétés évoluent, les familles et la nourriture le font aussi. La façon dont nous apprenons à voir et apprécier ces nouvelles réalités est non seulement ce qui nous donne notre humanité, mais également notre résilience. Pour citer les mots de Kama La Makerel : « Nous avons tendance à penser à l'acte révolutionnaire comme étant quelque chose de massif, ou de très public — un acte de résistance. Mais ce que nous faisons autour d'une table est aussi puissant, c'est une révolution en soi. »

David Szanto est un chercheur alimentaire montréalais, auteur et collaborateur de longue date de ce magazine. En 2015, il a obtenu un doctorat en gastronomie à l’Université de Concordia, le tout premier en son genre.

 

Automne 2018, Vol 10 N°4

Dernière édition

Héros du quotiden

Été 2020
Vol 12 N°3

Cliquez ici pour voir le magazine complet avec Issuu

Sabrina Jonas Le billet de la rédactrice associée

Sabrina Jonas

Sabrina Jonas' signature

publicités