advertisement

Parler la bouche pleine

Parler de nourriture pour nourrir notre histoire

Par David Szanto, Ph.D.

Lorsqu’il s’agit de nourriture, quel genre d’histoire racontez-vous? Racontez-vous des histoires de soupers et de collations, de liste d’épicerie ou de jardinage? Partagez-vous des recettes familiales ou faites-vous l’éloge de la perfection des frites au casse-croûte sur la 132 (juste au sud de Rivière-du-Loup)? Ou préférez-vous écouter, vous imprégner des histoires de grands-parents, d’auteurs de livres de recettes ou d’agriculteurs de quatrième génération? 

En participant aux histoires culinaires, vous contribuez à cette longue tradition des récits oraux. C’est la façon dont la culture se crée et se transmet depuis des millénaires. C’est également notre façon de se réunir et de partager nos connaissances à travers et parmi les générations. Aujourd’hui, les récits culinaires sont très présents au sein de plusieurs secteurs de la gastronomie tels que les restaurants, les marchés de gros, les fermes et les usines.

Le sociologue français Michel de Certeau a écrit « Là où la carte découpe, le récit traverse ». En d’autres mots, les histoires nous aident à dissoudre les frontières officielles, comme les frontières entre les pays et les villages, ou les définitions qui encadrent les cuisines nationales (et créent parfois les stéréotypes). Les histoires brouillent même les divisions entre le passé et le présent. Les histoires créent des liens.

En même temps, si vous demandez à votre grand-père de vous raconter comment sa famille cuisinait le ragoût de poisson, ou comment sa mère marinait les citrons, il pourrait penser que vous êtes fou. En effet, il peut être difficile de considérer notre cuisine « ordinaire » comme une histoire importante et mémorable qui se doit d’être racontée.

Nos grands-parents considèrent généralement ce qu’ils faisaient à « cette époque » comme étant plutôt banal — le même sentiment que nous pourrions avoir à l’égard de nos emplettes au supermarché hier. Toutefois, les gens imaginent souvent que la « façon de faire de grand-mère » est plus magique que la façon dont nous cuisinons et mangeons aujourd’hui. Nous avons tendance à mythifier le passé.

Similairement, les spécialistes en commercialisation des aliments et les médias utilisent les « histoires » comme une façon d’attirer et de garder l’attention des consommateurs. Mais ce topo à propos de la famille d’éleveurs de volaille sur l’emballage en styromousse du poulet désossé n’est pas vraiment une histoire. Et ce n’est pas non plus un récit oral lorsque le blogueur culinaire publie un article sur les 10 meilleures pâtisseries de Brossard (y compris pourquoi elles sont « siiiiiiiii traditionnelles »). Les histoires se racontent de vive voix, face à face, avec des bouches et des oreilles, des gestes et des sourires. Les yeux et les mains racontent des histoires au même titre que les cordes vocales.

Alors oui, il faut se raconter nos histoires, en personne. Matante Janine aimerait sûrement entendre comment vous avez préparé votre pâté chinois en fin de semaine, tout comme votre neveu aimerait se joindre à vous dans la cuisine quand vous décrivez comment vous faisiez des brownies et de la tire éponge quand vous étiez enfant.

Et nous devrions écouter davantage — les détails de la récolte et de la chasse, des conserves et de l’art de faire un gâteau. C’est ce qui rend la culture culinaire québécoise différente et universelle : unique dans ses détails, mais familière dans sa forme. Nous sommes nos histoires, et lorsque nous les racontons, nous relions le passé avec le futur, les uns avec les autres.

David SzantoDavid Szanto est un chercheur alimentaire montréalais, auteur et collaborateur de longue date de ce magazine. En 2015, il a obtenu un doctorat en gastronomie à l’Université de Concordia, le tout premier en son genre.

 

Hiver 2019, Vol 11 N°1

Dernière édition

Aînés à l’honneur

Hiver 2020
Vol 12 N°1

Cliquez ici pour voir le magazine complet avec Issuu

Sabrina Jonas Le billet de la rédactrice associée

Sabrina Jonas

Sabrina Jonas' signature

publicités

Évasion Hivernale: Planifications de Voyage