Le retour du Kanien'kéha

Une femme de kahnawake aide à raviver la langue de ses ancêtres

Par Jason Santerre

Karihwiióstha Callie Montour est âgée de 29 ans et travaille comme aide-infirmière au Centre hospitalier Kateri Memorial. En 2012, elle a obtenu un baccalauréat, avec la mention distinction, en études de l’enfant de l’Université Concordia, avec une concentration sur les enfants aux besoins particuliers. Ses frères sont autistes, alors il n’est pas surprenant d’apprendre qu’un de ses plus grands intérêts est d’aider les personnes ayant des besoins particuliers. Elle anime également une émission de radio transmise de Kahnawake. L’émission se concentre sur la conservation de la langue Kanien'kéha, ou mohawk.

Mme Montour aida également à créer environ 20 signes routiers en Kanien'kéha pour sa communauté. « J’ai pensé : pourquoi arrêter là? Nous pourrions utiliser la langue partout », disait-elle à la CBC. « Si vous voulez que la langue rayonne, elle doit être utilisée. »

Pourquoi l’aspect de la langue est-il si important pour vous?
Notre langue est en danger. Beaucoup de ceux qui la parlent sont maintenant âgés. Tous ceux d’entre nous qui la parlent contribuent à sauver la langue, et c’est ce que je fais. Je reçois de très bons commentaires de tous les groupes d’âge, même des mères qui écoutent notre émission dans leur voiture pour que leurs enfants entendent. Beaucoup sont au rendez-vous chaque semaine et apprennent la langue, puisque c’est plus facile pour eux de comprendre, car nous ne sommes pas aussi avancés que certains de nos aînés.

Parlez-nous de votre émission à K103.
Tewawennakará:tats est une émission entièrement en Kanien'kéha qui a débuté en mai 2017. Elle est diffusée pendant une heure tous les mardis à 18 h. Ma coanimatrice est Konwanénhon Marion Delaronde, et pour nous deux, c’est notre deuxième langue. Nous recevons des invités en entrevue et nous les invitons à prendre part à nos discussions. Nous gardons l’émission amusante et humoristique en couvrant des sujets saisonniers, des événements communautaires et des nouvelles locales. Mais nous couvrons également des sujets comme le contrôle des armes à feu et la légalisation du cannabis.

Mon idée pour l’émission fut inspirée d’une émission similaire mettant en vedette deux animateurs, Sose & Leo, dont la langue maternelle est le Kanien'kurs. J’ai donc pensé qu’une émission destinée aux jeunes et à ceux qui sont plus novices serait une bonne façon de les inciter à apprendre et à pratiquer leur compréhension.

Quel genre d’impact croyez-vous avoir avec cette émission?
Étonnamment, nous avons beaucoup d’auditeurs en dehors de la communauté. Beaucoup nous disent qu’ils apprécient, même s’ils ne comprennent pas ce que l’on dit. Des gens de Kanehsatà:ke, d’Akwesásne et des Six Nations écoutent également l’émission, et nous avons des auditeurs de Buffalo, de New York et même de Californie. Beaucoup de Kahnawa'kehró:non qui vivent loin de la communauté aiment garder l’esprit vif ou juste se rappeler la maison.

Est-ce que l’apprentissage de la langue devient populaire dans la communauté?
La maîtrise du Kanien'kéha est certainement à la hausse depuis les deux dernières décennies. Les écoles primaires d’immersion et notre propre école secondaire qui se concentre sur la culture aident beaucoup. Bon nombre dejeunes adultes élèvent leurs enfants dans la langue native et amènent la langue dans leur milieu de travail, et certains changent même de carrière pour travailler en tant qu’enseignants ou animateurs de programme.

Aimeriez-vous ajouter quelque chose?
Les obstacles qui nuisent aux projets de revitalisation sont généralement le financement et le manque d’intervenants ayant du temps à consacrer en dehors du travail. Nous avons par contre un groupe d’immersion en Kanien'kéha pour les jeunes au Club de canoë d’Onake dirigé par deux récents diplômés de Ratiwennahní:rats Raotitióhkwa.

Tous ceux qui aimeraient venir en aide à la cause peuvent contacter le  Kanien'kehá:ka Onkwawén:na Raotitióhkwa (centre culturel). Vous pouvez écouter les émissions, passées et actuelles, de Mme Montour au soundcloud.com/tewawennakaratats et au facebook.com/tewawennakaratats.

 

Printemps 2019, Vol 11 N°2

Dernière édition

Santé des femmes

Printemps 2020
Vol 12 N°2

Cliquez ici pour voir le magazine complet avec Issuu

Sabrina Jonas Le billet de la rédactrice associée

Sabrina Jonas

Sabrina Jonas' signature

publicités