Transpirer l’air frais

L’entraînement extérieur profite au corps et à l’esprit

Par P. J. Ellison

L’ingénieur, et ancien Montréalais, Paul Gologoski affirme que le meilleur aspect de la vie à Santa Barbara, en Californie, est de s’entraîner à l’extérieur. « Le climat est idéal et le paysage me distrait tellement que j’oublie à quel point je travaille fort sur la piste cyclable. »
La soeur de Paul, Clara, est également une fervente cycliste, mais elle insiste pour dire qu’elle ne quittera jamais Montréal. « Je déteste l’hiver, mais je réplique en faisant du vélo 12 mois par année. » Avec le bon équipement, Clara manque rarement une journée
en raison de la neige. Le frère et la soeur s’entendent sur un point : faire de l’exercice à l’extérieur est la clé pour obtenir le maximum de son entraînement.

Ce qu’ils ressentent naturellement est en fait un phénomène scientifique étudié partout dans le monde. « L’exercice en plein air représente une façon économique de diminuer le degré de stress et de recharger les piles mentales », explique Alan Logan, naturopathe et auteur du livre Your Brain, On Nature. « Dans la nature, une concentration involontaire prend le dessus », explique M. Logan. « Les centres inhibiteurs du cerveau peuvent se reposer, et l’effort requis pour bloquer les distractions est minimisé. »

M. Goligoskis et M. Logan résument bien certains des bienfaits de faire passer votre entraînement du gym intérieur au grand air.

  • Se dépasser davantage. Il y a toujours une autre montagne à monter, un autre kilomètre à courir ou une autre attraction à découvrir. Le gym possède des murs.
  • Brûler plus de calories. La résistance du vent, les pentes et le désir d’aller plus loin - au sens propre et au sens figuré - augmentent le nombre de calories brûlées.
  • Grâce au paysage et à l’air frais, l’entraînement semble plus facile et même agréable.
  • Bienfaits multiples. Non seulement vous faites de l’exercice, mais vous respirez de l’air frais, le soleil touche votre peau et vous échappez au stress du bureau.
  • Même en allant au même parc à chaque entraînement, les arbres changent, les odeurs et les sons changent et différentes personnes entrent et sortent de la scène. C’est comme regarder la reprise d’une pièce de théâtre, mais que les acteurs et le décor changent chaque fois.
  • Plus d’énergie. Des recherches démontrent que même l’exercice modéré à l’extérieur stimule les degrés d’énergie autant que cette dose de café quotidienne.
  • Socialiser. Les entraînements extérieurs sont une excellente façon de rencontrer des gens, surtout si vous passez le quart de votre vie au bureau.
  • Intelligent et économe. Faire son programme d’exercice à l’extérieur coûte le même prix qu’une nouvelle paire de chaussures de course. Même un bon vélo dure de nombreuses années.

Les espaces verts de l’île
D’accord, ce n’est pas la Californie, mais l’île de Montréal et ses environs abritent plusieurs endroits verts où il fait bon profiter de la nature tout en s’entraînant. Puis, il y a toujours le coeur vert de la ville, le parc Mont-Royal.

Sud-Ouest : Le parc Angrignon et le canal de Lachine
Sud : L’île Sainte-Hélène et l’île Notre-Dame
Nord : Le Bois-de-Liesse dans le nord et le parc-nature du Bois-d’Anjou; le parc-nature Ruisseau-de Montigny
Ouest : Le parc agricole du Bois-de-la-Roche et le parc-nature du Cap-Saint-Jacques
Est : Le parc Léon-Provancher attaché au Jardin botanique est une belle zone verte; à la pointe de l’est se trouvent deux parcs jumeaux, le parc-nature Pointe-aux-Prairies et le parc de la Coulée-Grou, tous deux en bordure de la rivière des Prairies et du fleuve Saint-Laurent
Rive-Sud : La réserve naturelle du boisé du Tremblay

 

Printemps 2019, Vol 11 N°2

Dernière édition

Santé des femmes

Printemps 2020
Vol 12 N°2

Cliquez ici pour voir le magazine complet avec Issuu

Sabrina Jonas Le billet de la rédactrice associée

Sabrina Jonas

Sabrina Jonas' signature

publicités