Lara Fabian

Cinquante et éblouissante

Par Sabrina Jonas

Le 8 octobre 2017. Lara Fabian connaît la date exacte de son retour à Montréal, cette fois-ci avec son mari et sa fille. Il s’avère que les cabines d’enregistrement en Belgique et les scènes du sud de l’Espagne n’étaient pas à la hauteur du charme incontestable de notre ville. Trente ans après avoir mis les pieds sur la terre qu’elle appelait alors le paradis, Mme Fabian l’appelle maintenant sa maison.

« Vous savez, l’endroit où vous êtes né est normalement l’endroit d’où vous venez. Mais ensuite, vous atterrissez dans un endroit qui devient votre deuxième naissance. C’est là que vous réalisez que c’est votre pays, votre mentalité, c’est tellement familier. C’est ce qui m’est arrivée au Québec », a déclaré l’auteure-compositrice-interprète belge qui a grandi en Sicile.

On pourrait dire que cette passion perceptive pour ses racines est ce qui a conduit la pop star vers la carrière distinguée qu’elle mène aujourd’hui, mais qu’elle a coMmencé à forger bien avant sa citoyenneté canadienne. « Ma mère et ma grand-mère étaient toutes deux de grandes chanteuses. Mon père prenait une guitare, puis nous chantions nos chansons favorites. C’est coMme ça que nous passions nos dimanches ensemble », se rappelle Mme Fabian à propos de son enfance musicale. « J’ai été contaminée par la joie de partager la musique, et non par la volonté ou le souhait de devenir une star — il s’agissait de partager ces moments qui nous unissaient. »

Après un parcours professionnel de 30 ans, 20 millions de disques vendus aux quatre coins du monde et le statut d’artiste féminine d’origine belge ayant vendu le plus d’albums de tous les temps, Mme Fabian n’a jamais oublié la raison pour laquelle elle se produit sur scène. C’est pourquoi elle a choisi de souligner son 50e anniversaire et ses 30 ans de carrière en se produisant en concert dans le monde entier, une tournée qu’elle a intitulée « 50 World Tour ».

« L’idée est de faire 50 dates et 35 villes pour célébrer ces deux anniversaires et pour dire merci à toutes ces personnes qui ont fait de moi ce que je suis. On aurait pu l’appeler “la tournée de la reconnaissance” », dit-elle. Bien que son âge soit présent dans le titre de la tournée, ainsi que la reconnaissance d’une étape importante, pour Mme Fabian, 50 n’est qu’un chiffre qu’elle considère avec générosité. « Pour moi, ce chiffre est la capacité rassemblée au fil des ans de regarder votre parcours avec une certaine gentillesse et une bonne volonté. Et de pouvoir enfin savourer moment après moment », dit-elle à propos de son jubilé d’or. Mais pour notre vedette, résumer un parcours en un chiffre est « un peu réducteur ». Selon elle, l’importance de sa tournée tient plus du merci que de l’anniversaire.

En effet, résumer le parcours de Mme Fabian n’est pas une tâche facile. Après avoir remporté de nombreux concours de chant européens durant sa jeunesse, Mme Fabian a fait le grand saut et s’est installée à Montréal pour lancer sa carrière musicale à l’âge mûr de 20 ans. Ici, après la sortie de son premier album éponyme en français, elle a percé le marché grâce à son deuxième album : Carpe Diem. CoMme elle parle couraMment quatre langues, son talent lyrique s’est épanoui dans notre métropole multilingue, ce qui lui a permis de s’envoler et de voyager de pays en pays, de continent en continent, avec une renommée grandissante. Les studios Walt Disney l’ont même choisie pour incarner Esméralda dans la version française du long métrage Le Bossu de Notre-Dame.

Passons aux années 2000, alors qu’on ne pouvait allumer la radio ou sortir danser sans entendre I Will Love Again de Mme Fabian, l’une des plus grandes « chansons de club » de la décennie. Ajoutez à cela son hymne anti-homophobe La différence, la ballade déchirante Je suis malade, et 14 albums, d’innombrables singles et des récompenses prestigieuses coMme les prix Felix, les IFPI Platinum Europe Awards et les World Music Awards.

Avec une telle carrière prodigieuse, on ne peut qu’imaginer ce qu’il a fallu pour en arriver là. Mme Fabian attribue son succès à la rêveuse qui soMmeille en elle. « Avec le recul, je pense que si je n’avais pas été naïve, si je n’avais pas cru à certaines choses incroyables ou si je n’avais pas nourri ce rêve, je ne serais jamais allée aussi loin. C’est l’enfant en moi qui m’a certainement poussée à faire ce voyage. »

Et c’est Lou, l’enfant de 12 ans de Mme Fabian, qui lui permet de continuer aujourd’hui, affirmant qu’elle est la raison de sa détermination infatigable. « Je sens que lorsque Lou me regarde, je suis en quelque sorte une source d’inspiration pour elle. J’ai 50 ans, mais je travaille toujours à ma façon et je fais encore ce que je fais au niveau où je le fais. Elle me regarde avec beaucoup de fierté, et de voir que ma petite fille est heureuse que je sois sa mère... ça m’inspire. »

Mère avant tout, Mme Fabian ne laisse pas son statut de célébrité entraver le temps passé en famille. Entre son rôle de juge à l’émission française The Voice : la plus belle voix et ses voyages autour du monde pour son 50 World Tour, elle chérit chaque moment passé dans sa maison pittoresque de Westmount. « Quand votre vie est un avion mêlé à des valises, il est très important, quand vous rentrez à la maison, d’avoir de la simplicité et une vie ordinaire. Nous cuisinons ensemble, nous regardons des films ensemble, coMme le ferait une famille normale. »

Mais Mme Fabian est tout sauf normale, elle est Montréalaise par nature sinon par définition. Elle adore flâner, sentir les fleurs sur son chemin; elle passe ses après-midi sur le Mont-Royal avec la famille, y compris son bébé à quatre pattes; elle va au marché pour choisir les ingrédients les plus frais avec lesquels elle cuisinera plus tard avec sa fille.

Il n’est pas étonnant que Mme Fabian considère la cuisine coMme sa deuxième passion, avec tout ce temps passé en famille en prime. Soucieuse de mener une vie saine, la palette de la chanteuse est assez précise. Elle évite le gluten, le lactose et les viandes, passant du végétarien au végétalien. Elle se nourrit d’une tonne de légumes, de jus sains, et elle pratique le Pilates et le yoga aussi souvent que possible. Lorsqu’il s’agit de prendre soin de ses précieuses cordes vocales,

Mme Fabian admet qu’une grande partie de son processus repose dans une bonne nuit de soMmeil. « Si je n’ai pas mes neuf à dix heures, ma voix ne répond pas de la même façon. Alors, dormir est la première chose que je fais. Ensuite, je ne fume pas et je ne fais rien qui pourrait nuire à ma santé », dit-elle, en admettant qu’un verre de vin n’a jamais fait de mal à personne.

Mais son principal secret pour rester en santé est de s’entourer de bonnes personnes. « Avoir de l’énergie autour de soi, être à un endroit où la pensée est saine... ça fait toute la différence pour moi. » Mme Fabian cherche à trouver le bonheur dans toutes les facettes de sa vie. C’est pourquoi, si Lara à 50 ans pouvait dire une chose à Lara plus jeune, ce serait de comprendre que le bonheur est une action suivie d’un état d’esprit, et non l’inverse. « Ce n’est pas un concept. On s’implique concrètement dans le bonheur, et c’est une chose à laquelle on s’engage et dont on parle toute sa vie », explique-t-elle dans une prose parfaite.

Les talents et la résilience de Mme Fabian sont des cadeaux éternels. Ses complexités vont au-delà de ses capacités vocales et lyriques brutes, elles résident à la fois dans son origine culturelle et sa vision libre de la vie — une vision qui est irréfutablement québécoise.

 

Printemps 2020, Vol 12 N°2

Dernière édition

Spécial famille

Automne 2020
Vol 12 N°4

Cliquez ici pour voir le magazine complet avec Issuu

Sabrina Jonas Le billet de la rédactrice associée

Sabrina Jonas

Sabrina Jonas' signature

publicités

Mieux vaut prévenir que guérir!