publicité

Crise d’éternuements

Ne laissez pas les allergies contrôler votre vie

Par George M. Withers

Entendez-vous? Il semble que beaucoup plus de personnes éternuent ce printemps. Cela est dû au fait que de plus en plus de gens souffrent d’une allergie aérienne. Selon Santé Canada, entre 20 et 30 pour cent des Canadiens présentent un grand nombre de symptômes lorsque le printemps arrive.

L’inflammation connue sous le nom de rhinite est en hausse, surtout chez les jeunes enfants et particulièrement ceux qui résident dans les pays nordiques comme le Canada. Certains attribuent cette hausse au printemps qui perdure et entraîne une plus grande quantité de pollen. Celui de l’an dernier, en particulier, fut long pour les personnes allergiques, surtout les aînés et les jeunes.

Le printemps est peut-être la saison du pollen, mais elle est aussi celle de l’espoir. Et l’espoir se présente sous la forme d’une nouvelle découverte qui fut votée l’une des 10 meilleures découvertes de 2015 par le magazine Québec Science. Une équipe de recherche du Centre universitaire de santé McGill a mis au point un vaccin qui « recâble » la réponse du système immunitaire lorsqu’il fait face à des allergènes.

L’auteure principale de l’étude, la Dre Christine McCusker, explique que l’étude propose une solution potentielle pour prévenir les allergies en mettant au point un inhibiteur qui aide à réduire les symptômes allergiques des maladies des voies respiratoires comme l’asthme. « En administrant (à l’inhibiteur) du peptide très tôt, avant l’apparition des allergies, nous avons été en mesure d’habituer le système immunitaire. Plus tard, lorsque nous avons tenté de rendre des souris (de laboratoire) allergiques, c’était impossible, car leur système immunitaire avait appris à tolérer les allergènes  », affirme la Dre McCusker dans un communiqué de presse du CUSM.

En ce qui concerne les options offertes au public à l’heure actuelle, il existe l’immunothérapie sublinguale. Des comprimés contenant de petites doses d’un allergène sont dissous sous la langue quelques fois par semaine, selon la gravité de l’allergie. Le but est de rendre les cellules du patient plus tolérantes à l’allergène. Les médicaments en vente libre abondent également. Les antihistaminiques et les vaporisateurs contenant des stéroïdes sont populaires et efficaces pour plusieurs, mais tout dépend des symptômes, de la fréquence et de l’intensité de la réaction allergique. Cela étant dit, il vaut mieux consulter un professionnel de la santé avant de commencer un traitement médical.

Évidemment, il faut mener un combat à la maison. La Société canadienne de l’asthme suggère de passer le plus de temps possible à l’extérieur durant le printemps et l’été. Ce n’est peut-être pas votre premier réflexe, avec tous ces arbres en fleurs, ce smog et ces déclencheurs synthétiques, mais les déclencheurs se trouvent davantage à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Les acariens : Gardez l’humidité en dessous de 50 pour cent; retirez les tapis de la chambre à coucher; lavez les draps dans l’eau chaude; recouvrez le matelas et le sommier de housses imperméables.

La moisissure : Lavez les endroits où se trouve la moisissure dans les salles de bain et les sous-sols; surveillez le taux d’humidité; assurez- vous d’augmenter la ventilation; retirez les tapis qui reposent directement sur le béton.

Les émanations : Ce sont les plus faciles à contrôler. Évitez les peintures toxiques sur vos murs; utilisez des purificateurs d’air naturels; assurez-vous de travailler dans un endroit bien aéré et utilisez un masque même si vous croyez que ce n’est pas nécessaire; déplacez votre passe-temps d’ébéniste à l’extérieur autant que possible.

Sources:

 

Printemps 2016, Vol 8 N°2

Dernière édition

Santé des femmes

Printemps 2020
Vol 12 N°2

Cliquez ici pour voir le magazine complet avec Issuu

Sabrina Jonas Le billet de la rédactrice associée

Sabrina Jonas

Sabrina Jonas' signature

publicités

Évasion Hivernale: Planifications de Voyage

health Ads