publicité

Dr Ernest Seidman avec patiente Marjolaine Levasseur.

Centre d’excellence en recherche MII de McGill

Montréal mène la lutte contre les maladies inflammatoires de l’intestin

Par Jason Santerre

La maladie inflammatoire de l’intestin (MII), qui englobe la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, est la maladie intestinale chronique la plus courante. L’incidence est à la hausse et le Canada possède le taux de nouveaux cas de maladie de Crohn le plus élevé au monde. La maladie affecte en majorité les enfants et les jeunes adultes dans la force de l’âge. Les traitements doivent être personnalisés, car chaque cas est unique.

Le Groupe de recherche MII de McGill fut fondé en 1992 par des membres concernés de la communauté pour assurer le soutien financier des cliniques MII dans les hôpitaux d’enseignement de l’Université McGill. Son mandat est d’offrir des services essentiels aux gens atteints d’une MII. L’objectif général est d’améliorer leur qualité de vie et d’éviter les complications. En 2005, le Dr Ernest Seidman fut recruté par McGill en tant que Chaire MII Bruce Kaufman. Sous sa direction, le Groupe McGill offre des soins d’avant-garde centrés sur le patient grâce à une équipe multidisciplinaire d’experts dévoués.

Cette année, le Centre des maladies inflammatoires de l’intestin du Centre universitaire de santé McGill fut inauguré au 16e étage de l’Hôpital général de Montréal. « C’est le premier centre d’excellence en MII autonome en Amérique du Nord », affirme son directeur, le Dr Ernest Seidman. « Ce centre offre non seulement des suivis, mais il aide également lors de situations urgentes. Durant les heures d’ouverture en semaine, les membres de notre équipe d’experts en MII sont ici pour offrir des soins pour que nos patients du CUSM évitent d’avoir recours aux urgences. »

L’équipe du Dr Seidman comprend plusieurs médecins (voir l’encadré), du personnel infirmier de recherche et en clinique, en plus d’un diététiste et du personnel de soutien. Ils travaillent en étroite collaboration avec l’équipe de chirurgie colorectale, offrant ainsi des soins à plus de 200 patients par semaine. Du côté pédiatrique, notre Groupe McGill offre des soins au nouvel Hôpital pour enfants de Montréal. « Le Groupe de recherche MII de McGill finance un psychologue clinique dans le but d’offrir à nos jeunes patients et à leur famille un soutien pour gérer ces maladies chroniques. »

Pourquoi l’incidence de la maladie de Crohn au Canada est-elle si haute? « Il existe plusieurs théories », explique le Dr Seidman. « Certains croient qu’il existe un rapport avec notre alimentation, pourtant elle ressemble beaucoup à celle des Américains. Les différences génétiques ne semblent pas non plus expliquer le taux plus élevé de la maladie de Crohn. Nous croyons que des déclencheurs environnementaux encore inconnus jouent un rôle majeur. » Le laboratoire de recherche MII du Dr Seidman se concentre actuellement sur le rôle de la vitamine D. « Il y a un manque de vitamine D chez les Canadiens, en raison de la latitude plus élevée », dit-il.

L’équipe du Dr Seidman au Centre MII de McGill examine de nouvelles méthodes pour distinguer le syndrome de l’intestin irritable versus la maladie inflammatoire de l’intestin.

« Notre centre fut parmi les premiers en Amérique du Nord à utiliser de la calprotectine fécale lors des tests », dit-il. Cet examen est maintenant la norme en matière de détection de MII et pour suivre les réactions aux médicaments. « Grâce à nos efforts, le système de santé provincial offre maintenent une couverture de la RAMQ pour l’examen. Si la calprotectine fécale est négative, certains patients peuvent éviter une colonoscopie. Même lors d’une colonoscopie, la majorité de l’intestin grêle ne peut être vu », explique le Dr Seidman. « Notre centre du CUSM est un pionnier dans l’utilisation de vidéocapsule permettant une endoscopie sans tube. Les patients avalent la caméra et grâce aux contractions intestinales, elle voyage de l’intestin grêle vers le gros intestin en prenant des images vidéo précises. » Cette méthode est non seulement moins invasive et plus efficace financièrement, mais elle élimine aussi l’exposition à la radiation d’une tomodensitométrie ou la longue liste d’attente d’un examen d’IRM.

Et ce n’est pas terminé, le Dr Seidman et son équipe continuent d’avancer dans le domaine des traitements de MII. Leur mission première, comme toujours, est d’optimiser les soins aux patients. La recherche est primordiale, tout comme enseigner à la prochaine génération de gastroentérologues à travers le monde à devenir des experts en gestion de MII. Ces objectifs ne peuvent être atteints sans le soutien de la communauté. Le 19 novembre prochain, le Groupe de recherche MII de McGill tiendra son événement de collecte de fonds annuel, Laugh your Butt Off. Pour obtenir plus d’information sur cet événement et pour savoir comment vous pouvez venir en aide afin que le groupe puisse continuer son travail dans le traitement des gens atteints de MII, visitez le www.mcgillibd.ca/fr/

Voici l’équipe médicale MII McGill :
Hôpital général de Montréal : Dr Waqqas Afif, Dr Talat Bessissow, Dr Alain Bitton, Dr Ernest Seidman, Dr Gary Wild; Hôpital pour enfants de Montréal : Dre Najma Ahmed, Dre Sylviane Forget, Dre Dominique Levesque, Dre Veronique Morinville, Dre Ana Sant’Anna, Dr Ernest Seidman, Dr Terry Sigman; Hôpital général juif : Dr Albert Cohen; Dr Andy Szilagyi; Dr Jonathan Wyse.

 

Automne 2016, Vol 8 N°4

Dernière édition

Santé des femmes

Printemps 2019
Vol 11 N°2

Cliquez ici pour voir le magazine complet avec Issuu

publicités

health Ads