advertisement

Plaisir piquant

Manger des piments forts peut augmenter la longévité

Par Jason Santerre

Carolina Reaper. Trinidad Scorpion. Naga Viper. Des bêtes venimeuses? Non, plutôt des variétés de piments. Et ils peuvent définitivement causer du dommage s’ils ne sont pas consommés avec précaution. Vous rappelez-vous lorsque la salsa était exotique?

Depuis quand la sauce piquante fait-elle fureur, avec des concours de piments forts, des étagères d'épicerie remplies d'une multitude de marques et des magasins qui se spécialisent dans le piquant en bouteille? « Les gens ne se contentent plus des standards de l'industrie », explique David Rose, l'homme derrière le Smoke Show de Montréal.

« Nous pouvons carboniser et fumer les jalapenos qui poussent au Québec avec du bois d'érable, puis ajouter une touche de sirop d'érable. C'est une sauce piquante bien canadienne », explique M. Rose qui avoue que le Smoke Show est une sauce d'introduction pour ceux qui veulent expérimenter sans vouloir quelque chose de trop intense. « Même ma grand-mère l'adore. »

Laurent Gauthier croit que ça fait partie du principe « douleur et plaisir ». L'expert en barbecue a participé à de nombreuses compétitions culinaires aux quatre coins de l'Amérique du Nord et affirme que les piments forts apportent quelque chose de mystique à toute recette. « C'est la peur de l'inconnu, on se dit "est-ce le piment qui transformera ma langue en cendres?” Et souvent, il s’agit d’hommes machos qui essaient de jouer les durs. »

La partie difficile de jouer les durs survient trois secondes après avoir croqué dans un Scotch bonnet de Jamaïque. Rien, rien, rien et puis boum! Le bout de la langue explose comme une vive brûlure, les muscles du visage se contractent, les larmes montent aux yeux et la sueur commence à se former sur le front.

Vous voilà au beau milieu d’un épisode de capsaïcine. La capsaïcine est le composé qui donne le piquant au piment fort. Plus il y en a, plus c’est piquant. C’est la partie douleur.

Et maintenant, la partie plaisir : la capsaïcine envoie un signal au cerveau qui relâche des endorphines pour combattre la douleur. C’est pourquoi les piments forts se classent dans la catégorie des remèdes de naturopathie. Les médecins prescrivent parfois des piments forts pour soulager les douleurs arthritiques et l’inflammation du psoriasis. Il existe même de la crème capsaïcine qui aide à soulager une myriade de maladies, des maux de tête au zona.

Les scientifiques mesurent le contenu en capsaïcine des piments en utilisant l’échelle de Scoville. Le Carolina Reaper, considéré par de nombreux experts comme le piment le plus fort au monde, possède plus de deux millions de SHU sur l’échelle de Scoville. En comparaison, le modeste jalapeno possède environ 5000 SHU.

Ce n’est pas une science exacte, mais le monde scientifique investit plus de temps et d’argent pour découvrir les bienfaits que pourraient avoir les piments sur les consommateurs. Une équipe de chercheurs de l’Université de Pékin a exploré la relation entre la consommation d’aliments forts et le risque de développer un cancer ou une maladie cardiaque. L’étude a suivi plus d’un demi-million de personnes âgées de 30 à 79 ans provenant de 10 régions sur une période de plus de 10 ans. Ils ont conclu que manger piquant au moins une fois par semaine pouvait réduire considérablement les risques de développer une maladie cardiaque, un cancer ou une maladie respiratoire.

Si vous êtes fait assez fort, amusez-vous avec les piments forts. On vous conseille de commencer avec des piments plus doux (serrano, poblano, chipotle et anaheim) et de monter tranquillement l’échelle de Scoville.

L'échelle de Scoville fut inventée en 1912 par Wilbur Scoville, un pharmacien. Un extrait à base d'alcool fait à partir de piments fut dilué jusqu'à ce qu'il ne soit plus piquant pour un groupe de testeurs. En d'autres mots, 5000 tasses d'eau sont nécessaires pour diluer une tasse de jalapenos pour qu'il ne soit plus piquant.

 

Printemps 2017, Vol 9 N°2

Dernière édition

Santé des femmes

Printemps 2020
Vol 12 N°2

Cliquez ici pour voir le magazine complet avec Issuu

Sabrina Jonas Le billet de la rédactrice associée

Sabrina Jonas

Sabrina Jonas' signature

publicités

Évasion Hivernale: Planifications de Voyage